Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Solal Georis a été kidnappé en Israël en juillet 2008 à l'âge de neuf ans dans une secte ultra-orthodoxe, des Haredim. L'enfant avait été enlevé une première fois par sa mère, en décembre 2005, dans cette communauté juive intégriste. Avant d'y être abandonné. Pourtant, Solal devrait vivre en Belgique, chez son père sur décision de la Cour suprême d’Israël. Mais voici maintenant six ans que Solal est absent, une absence qui pèse chaque jour.

 

Ce rapt est un acte criminel. Pas moins de six  jugements civils en Belgique, en France et en Israël ont décidé du retour de l’enfant chez son père. Le 24 nombre 2005, la Cour d'appel de Bruxelles a confié la garde principale au père sur base d'un rapport de psychologues montrant de graves inquiétudes sur son état. Quelques jours après, la mère, Ronite Bitton, disparut avec l'enfant. Rattrapée depuis lors par la justice, elle est aujourd'hui condamnée pour ces faits à deux peines de prison ferme, en France (octobre 2009, Tribunal de Grande Instance de Nanterre) et en Israël (avril 2011, Cour de District de Be'er Sheba).  

 

Cette histoire est loin d’être la seule où un enfant est enlevé parce que l’un des deux parents n’est pas un juif religieux. Ce fut le cas lors de l’affaire Yarden (1986), où les deux enfants d’une maman belge, Patsy Heymans, ont été kidnappés par des intégristes, les Szatmars (Haredim), aux Etats-Unis. Cette communauté juive ultra-orthodoxhe est répertoriée comme secte dans le rapport du Sénat belge sur les sectes.


C’est aussi l’histoire du français Miguel Manrique, dont les deux fils ont été enlevés en Israël en 2009, pour les mêmes raisons. D’autres cas sont connus en Israël, un pays où les ultra-orthodoxes pas la légitimité des tribunaux israéliens. Les motivations de cette secte? Trouver de nouveaux adeptes, en repérant les couples en difficulté.

 

Ce drame vécu chaque jour par Solal et sa famille pourrait être aujourd’hui résolu si des recherches internationales plus actives étaient mises en œuvre. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas.

 

2005: Solal est enlevé une première fois en Israël


Pour comprendre cet événement tragique, il faut remonter à la séparation de ses parents, en mai 2002. Solal est âgé de trois ans. Son père obtient un droit de garde d’environ neuf jours par mois. Pour mieux participer à son éducation, il demande une garde partagée. Un système de garde de plus en plus courant, mais, en 2002, difficile à obtenir.

 

Les psychologues désignés par le juge proposent après un an d'expertise une garde partagée dans l’intérêt de l’enfant. Mais la mère demande l’autorisation de partir vivre en France en 2004 pour des "raisons profesionnelles". Ce qui lui est accordé à titre provisoire par les tribunaux. Après ce déménagement à 365 km, le père ne reçoit plus aucune information sur la vie de son fils à Paris et se voit exclure de son éducation. Il va en appel, et la Cour demande une expertise. 

 

En juillet 2005 les psychologues recommandent que la garde de Solal soit confiée au père. Pourquoi? Solal, déchiré entre Bruxelles et Paris, est en souffrance. La Cour d’appel de Bruxelles confie l’hébergement au papa en novembre 2005, ainsi qu'un large droit de visite à la maman

 

Mais en décembre 2005, Solal disparaît, enlevé par sa mère. Un rapt parental bien organisé, appuyé par une organisation et des personnes étrangères au couple, dont certaines sont aujourd'hui connues. Une situation inimaginable.

  

Solal est signalé comme disparu par Interpol, tandis que les justices belge et française lancent un mandat d'arrêt international contre la mère. Child Focus, FREDI - la fondation pour les enfants disparus - et des organisations de parents, dont SOS RAPTS PARENTAUX, viennent en aide au papa. Il découvre au fur et à mesure que les préparatifs du rapt avaient été soigneusements organisés. La mère s'était renseignée auprès de l'organisation "sos rapts parentaux" sur la manière dont se déroule un rapt. L'association ne s'en rendra compte que plus tard.

 

En novembre 2006, Solal est retrouvé par la police en Israël, près d’Ofakim, un ville du désert située à quelques kilomètres de la Bande de Gaza, dans cette communauté juive ultra-orthodoxe. Il suit un enseignement exclusivement religieux auprès des Haredim (littéralement: "ceux qui craignent dieu"). Sa nationalité et son nom ont été changés. Il est désormais israélien, après avoir été naturalisé français sans que son père ne soit averti, et s’appelle Michaël.

 

Pour sortir Solal de ces conditions de vie, et le rapatrier en Belgique, le père introduit une action devant les tribunaux israéliens en vertu de la Convention de La Haye sur les rapts parentaux.

 

Le père de Solal fera sept voyages en Israël. Pour reprendre contact avec son fils et témoigner auprès des tribunaux. Le milieu est hostile, voire agressif. Les religieux ultra-orthodoxes sont omniprésents: pour eux, le père non-juif n'existe pas.

 

Lors des rares contacts, émouvants mais courts, que Vincent a avec son fils, il découvre un enfant manipulé par les religieux. Ces ultra-orthodoxes se nomment aussi "haredim", ceux qui craignent dieu. Ils se distinguent d'autres communautés, plus modérées.

 

En avril 2007, le tribunal de la famille de Be'er Sheba (district sud) ordonne le retour de Solal en Belgique. Mais la procédure traîne à cause de recours multiples. En avril 2008, la Cour suprême ordonne définitivement le retour de l’enfant en Belgique. Des rencontres sont organisées avec Solal pour préparer le retour.

 

Juillet 2008: Solal est kidnappé par des "inconnus"

 

Le 3 juillet 2008, Vincent va rechercher son fils à Tel Aviv, accompagné, en raison de menaces, de la police belge.

 

Pour permettre le retour de la mère en Belgique et assurer le maintient du contact entre Solal et ses deux parents, le père a obtenu la suspension des poursuites à son encontre, car plusieurs instructions judiciaires sont ouvertes pour rapt parental, en Belgique et en France. La mère s’engage par écrit à revenir vivre en Belgique. Mais rien ne sera exécuté.

 

A la date et au lieu convenus, personne ne se présente. L'enfant a de nouveau disparu, mais cette fois sans sa mère, arrêtée pour non-présentation d'enfant, non-exécution des décision de justice et mise en danger de la vie d'un mineur.

Les soupçons de la police pèsent sur les éléments les plus radicaux de la communauté ultra-orthodoxe dans laquelle Solal se trouvait. Mais il est impossible de le localiser, car la secte a pignon sur rue dans beaucoup de pays. La police israélienne elle-même a du mal à mener des enquêtes dans ce milieu opaque.

 

En 2009, Child Focus relance une campagne pour retrouver le petit Solal. Mais sans résultat.

En juin 2011, la Cour suprême israélienne condamne la mère à un an de prison pour non-présentation d’enfant. Elle est aussi condamnée en 2009 à un an de prison en France, pays du premier enlèvement. Un instruction est également en cours en Belgique. Les auteurs du kidnapping, quant à eux, demeurent introuvables. Et impunis.

 

Depuis trois ans, certaines personnes mal-intentionnées, des "amis" de la mère, ou de la secte religieuse, ignorant le contenu des décisions de justice, n’hésitent pas calomnier le père ou à le menacer directement. Lors de son dernier déplacement en Israël, le père dû faire l’objet d’une protection policière en raison de menaces de mort.

 

Pour Solal, le temps presse. L’expérience montre que ces cas d’enlèvements se doublent d’un lavage de cerveau imposé à la victime, trop jeune pour comprendre ce qui lui arrive. Les risques sont grands qu'il en souffre plus tard. mais Solal est un enfant intelligent et solide. Et l'espoir est grand, pour toute sa famille, de le retrouver sain et sauf.

 

Lors des affaires Yarden et Manrique, les enfants furent retrouvés grâce à la mobilisation citoyenne et une action policière efficace. Ces enfants se sont facilemen réadaptés à une vie normale.

 

Une telle action est aujourd’hui indispensable pour soutenir le père qui reste déterminé, à travers tout, à retrouver son fils. Solal est aujourd’hui âgé de 12 ans. 

Partager cette page

Repost 0
Published by